Ongle incarné

ongle en tuileC'est une pathologie très fréquente, favorisée par une déformation de l'ongle (dysplasie). Le chaussage fermé non aéré, certains sports (course) jouent également un rôle.

ongle infectéQuand les soins locaux ne suffisent plus, il faut envisager l'opération, qui consiste à enlever la partie latérale de l'ongle, mais aussi le bourgeon inflammatoire et surtout la matrice, qui remonte 1 cm au dessus de la base de l'ongle.

Cette chirurgie est bénigne et réalisée en ambulatoire, mais des complications sont possibles: la récidive est rare, mais l'infection post-opératoire ne l'est pas.

Particulièrement chez le jeune et quand les tissus sont très enflammés, malgré un nettoyage minutieux et la prise d'antibiotiques, on peut observer secondairement une suppuration qui traine, et oblige parfois à une réintervention.pansement

ongle opéréIl faut prévoir de rester tranquille quelques jours (une semaine). Le pansement est volumineux, il gêne pour se chausser. Autant que possible, il est refait par le chirurgien dans la semaine qui suit.

Cette photo montre l'aspect observé habituellement après cicatrisation. L'ongle est un peu plus étroit.

 

INFORMATION PRÉOPÉRATOIRE : TRAITEMENT CHIRURGICAL D’UN ONGLE INCARNÉ

DE QUOI S’AGIT-IL ?

La forme de votre ongle, un traumatisme, une chaussure mal adaptée, des soins de pédicurie agressifs, peuvent entrainer l’inflammation des parties molles du gros orteil le plus souvent, parfois des petits orteils. Cela entraine des douleurs, une infection.
La partie latérale de l’ongle devient verticale, elle irrite les parties molles, qui s’enflamment et suintent. Les germes de l’environnement (staphylocoque doré le plus souvent) colonisent la plaie, c’est l’infection.
L’opération consiste à enlever les tissus infectés et la partie latérale agressive de l’ongle. Cela vous laisse un ongle un peu plus étroit, et plat.

Nous avons mis ensemble en balance les bénéfices et les risques de cette opération, après avoir envisagé les autres traitements possibles. Malgré cela, il peut arriver qu’en cours d’intervention, une autre solution chirurgicale m’apparaisse meilleure pour vous.

DÉROULEMENT DE L’OPÉRATION

L’anesthésie peut être locorégionale (jambe et pied) ou générale. Vous devez avoir vu le médecin anesthésiste au plus tard 10 jours avant l’intervention.
Il est préférable d’avoir préparé l’intervention par des bains de pieds réguliers à la chlorhexidine (Biseptine, Hibiscrub, Cetavlon…) qui permet de diminuer inflammation et infection.
Sauf exception, mieux vaut éviter les antibiotiques en préopératoire.
L’opération dure 10 à 15 minutes. Vous sortez de la clinique le soir même en principe .
L’appui sur le membre est autorisé dès que le pied est réveillé,  en cas d’anesthésie de la jambe.
 Il faut faire très attention à ne pas poser le pied tant qu’il n’est pas réveillé, car  vous ne le contrôlez pas et vous risquez une entorse de cheville. Il vous faut donc des cannes.

Les douleurs ne sont pas constantes. Si elles surviennent, c’est la première nuit et le lendemain. Une douleur qui persisterait plus longtemps doit vous faire consulter en urgence.
Il est important de prendre votre traitement antalgique et anti inflammatoire dès votre retour à la maison. Il vaut mieux précéder la douleur.

Vous ferez faire les premiers pansements par une infirmière, le premier devant être fait le 3ème jour. Il vaut mieux éviter de le faire trop tôt, du fait du risque de saignement. Pour refaire le pansement, éviter tulle gras ou pansement gras, car ils favorisent l’inflammation. Mais le pansement fait au bloc opératoire comprend du tulle gras pour faciliter son décollement.

Je vous revois au 10ème jour environ pour vérifier l’absence de complication.

L’arrêt de scolarité est de 1 à 3 jours, l’arrêt de travail de 7 à 15 jours, parfois plus,  selon vos conditions d’emploi (déplacements importants, chaussures de sécurité…)
La reprise du sport est progressive après un mois au moins.

Prévoyez une chaussure très large pour sortir de la clinique, car le pansement est volumineux.
Vous devrez attendre au moins une à deux semaines avant de porter des chaussures fines.

COMPLICATIONS

La récidive est possible mais rare dès lors que toute la matrice à la base de l’ongle a été enlevée. Cependant, dans les inflammations très importantes, les tissus sont plus difficiles à identifier et il peut arriver que l’excision de la matrice soit incomplète.

L’infection peut persister malgré, toutes les précautions, sur ces tissus déjà infectés.  Au bloc opératoire, un prélèvement bactériologique est réalisé, puis vous prendrez l’antibiotique prescrit, qui pourra donc être adapté aux résultats de l’analyse si besoin. Exceptionnellement, on peut observer une infection profonde (ostéite).
En cas de résistance au traitement antibiotique ou d’évolution défavorable, il peut être nécessaire de réopérer. Cela s’observe surtout sur les lésions très infectées, très bourgeonnantes.

On peut observer, rarement, un kyste épidermique sur la cicatrice. Une petite boule dure vient gêner et il faut réopérer. La cause n’est pas connue.

Le tabac triple le risque de problème de cicatrisation et d’infection.
Cette liste n’est pas exhaustive. Une complication exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

EFFETS SECONDAIRES

La cicatrice peut être sensible, voire franchement douloureuse dans certaines chaussures au début. Même après cicatrisation, il peut être utile de protéger par un petit pansement.

RÉSULTATS ATTENDUS


Le résultat est obtenu en 15 jours, et peut mettre jusqu’à 2 mois à se stabiliser. Le bénéfice attendu est un chaussage confortable et indolore, sans limitation de la marche ou des activités sportives.

QUELQUES QUESTIONS à vous poser ou à me poser avant de vous décider.


Pourquoi me conseillez-vous cette opération ?
Existe-t-il d’autres solutions chirurgicales dans mon cas, et pourquoi ne les conseillez-vous pas ?
Si je ne me fais pas opérer, mon état va-t-il s’aggraver ?
Comment se passe l’opération ? En faites-vous souvent ? Aurai-je mal ? Combien de temps dure l’opération ? et l’hospitalisation ?
Quels sont les risques et les complications liés à cette chirurgie ?
Quels sont les bénéfices pour moi à être opéré, et quel résultat final puis-je espérer ?
Après combien de temps pourrai-je reprendre mon travail ? le sport ?
Me recommandez-vous un deuxième avis ?

 

Mise à jour 2 04 2020

 

56 allée des tulipes 33600 PESSAC © Dr GANDON 2009