Avant-pied rond

avant pied rondDans certaines formes de hallux valgus, le gros orteil n'est pas seulement dévié sur le côté; il perd son rôle d'appui en remontant un peu. avant pied rondLe poids du corps repose sur les autres orteils. Cette situation est favorisée par un gros orteil court.

Les douleurs qui en résultent sur l'avant du pied peuvent être au premier plan, alors même que le gros orteil n'est pas très douloureux. On observe souvent un gros cor sous l'avant-pied, que la pédicurie peut soulager temporairement. Des semelles peuvent aussi améliorer les choses.radio osteotomie

Si cela ne suffit pas, il faut envisager une opération. Elle consiste, outre le traitement du hallux valgus s'il y en a un, à remonter ces appuis douloureux de l'avant du pied. Par des mini-incisions (chirurgie percutanée), on sectionne les métatarsiens au niveau du col.

radio post-opératoireEn marchant, les os vont s'aligner spontanément et l'avant-pied se remet à plat. Il n'y a pas de fixation par broche. La radio peut surprendre au début: selon l'angle de prise de vue, on peut voir un décalage sur le côté, alors que le déplacement se fait surtout vers le haut.résultat post-opératoire

La consolidation est généralement déjà visible 5 semaines après. Les suites opératoires sont celles du hallux valgus, mais un peu plus longues.

La consolidation peut être beaucoup plus longue, sans que cela représente forcément une complication. Il est exceptionnel de devoir réintervenir.

La radio et la photo montrent le résultat à un an. Les cicatrices sont très peu visibles, le cal est devenu homogène.

La danse de salon, la randonnée peuvent être reprises entre 3 et 6 mois après.

INFORMATION PRÉOPÉRATOIRE : OSTÉOTOMIES DES MÉTATARSIENS LATÉRAUX POUR DOULEURS, GRIFFES D’ORTEILS OU CORS PLANTAIRES

DE QUOI S’AGIT-IL ?


C’est une section de certains os (métatarsiens) qui permet de traiter des douleurs d’appuis sous l’avant pied ou une luxation d’un orteil. L’évolution en l’absence de traitement est l’augmentation des douleurs avec distension du ligament et luxation de l’orteil. Les semelles orthopédiques peuvent soulager ces douleurs temporairement.
Nous avons mis ensemble en balance les bénéfices et les risques de cette opération, après avoir envisagé les autres traitements possibles. Malgré cela, il peut arriver qu’en cours d’intervention, une autre solution chirurgicale m’apparaisse meilleure pour vous.

DÉROULEMENT DE L’OPÉRATION


Avant l’intervention, vous aurez fait un bilan radiographique complet, quelquefois avec un scanner. Pensez à apporter ces examens !

L’anesthésie est le plus souvent locorégionale (jambe et pied), parfois générale. Si vous ne voulez « rien voir, rien entendre », l’anesthésiste peut vous faire somnoler. Vous devez avoir vu le médecin anesthésiste au plus tard 10 jours avant l’intervention.
Par 3 petites incisions au dos du pied (un point de suture chacune), les métatarsiens sont sectionnés en oblique pour permettre à la tête de l’os, qui appuie trop fort, de reculer et de remonter un peu. Il n’y a pas de fixation par vis ou broche habituellement.
Quand l’articulation est luxée (déboitée), il est nécessaire d’ouvrir plus largement pour, en plus, enlever la base de la première phalange. Une broche peut être alors nécessaire.
On procède dans le même temps, éventuellement,  à la correction des griffes d’orteils par un geste local.

L’opération dure 20 minutes. Vous sortez de la clinique le soir même ou le lendemain de l’opération.
Le lever est possible après passage du kiné, et l’appui sur le membre est autorisé dès que l’anesthésie s’est levée (36 h en général).
 Il faut faire très attention à ne pas poser le pied tant qu’il n’est pas réveillé, car  vous ne le contrôlez pas et vous risquez une entorse de cheville. Il vous faut donc des cannes.

Pendant 5 semaines, vous marcherez avec une chaussure post opératoire prescrite en consultation, et que vous devrez vous procurer. Pendant 14 jours, vous aurez des injections d’anticoagulants par une infirmière. Vous aurez un traitement contre la douleur, associant anti inflammatoires, et antalgiques de différents types. A la maison, vous pourrez marcher un peu, préparer un repas, mais vous ne pourrez pas faire les courses par exemple, et vous devrez vous reposer.

Je vous revois au 15ème jour pour refaire le pansement, que vous ne ferez donc pas refaire avant. Vous verrez le kiné de l’Institut à cette occasion, qui pourra faire une autre séance 10 jours après.

Je vous revois encore à la 5ème semaine, avec une radio. Nouvelle séance de kiné. Vous pourrez changer de chaussures et reprendre la voiture.
Enfin, dernière consultation 3 mois après avec nouvelle radio. Parfois, il est nécessaire de poursuivre la surveillance plus longtemps.
L’arrêt de travail est en moyenne de 6 à 8 semaines.
La marche devient plus confortable après 6 semaines, délai auquel on peut faire du vélo d’appartement. Pour les sports exigeants (course..) et pour les chaussures de ville il faut attendre 6 mois en moyenne.

COMPLICATIONS


Les plus fréquentes sont : l’hématome, qui peut nécessiter une reprise chirurgicale pour évacuation, et les difficultés de cicatrisation, surtout si votre peau est fragile, si vous êtes fumeur ou si votre état vasculaire est moyen. La phlébite peut survenir malgré les anticoagulants. Il s’agit d’un caillot qui se forme dans les veines, qui peut bouger et entrainer une embolie pulmonaire qui peut être mortelle.
La consolidation est obtenue habituellement en 6 semaines, mais elle peut être plus lente, ou même ne pas se faire du tout : c’est la pseudarthrose, favorisée par certains facteurs (tabac, mauvaise circulation, opérations multiples sur le pied).  Il peut être nécessaire de réopérer si vous avez mal.
Plus rarement : l’algodystrophie («syndrome douloureux régional complexe» est le terme officiel) est un phénomène encore mal compris. Pour simplifier, c’est une panne de la régulation des petits vaisseaux, entrainant douleur, rougeur locale (pied violacé le soir), déminéralisation à la radio. Elle guérit toujours, mais dans un délai imprévisible (en moyenne 6 mois). Dans les formes sévères, un traitement spécifique en milieu spécialisé peut être indiqué.
L’infection est rare, mais grave. Elle ne doit surtout pas conduire à la prise d’antibiotiques avant que le germe ait été identifié. Un nettoyage chirurgical avec prélèvements peut être nécessaire, suivi d’un traitement antibiotique adapté. Bien et vite traitée, elle peut guérir sans séquelle. Le tabac triple le risque de problème de cicatrisation et d’infection.
Une irritation, voire une section de petits nerfs sensitifs peut être observée, malgré toutes les précautions. La récupération peut en être lente et incomplète.
Cette liste n’est pas exhaustive. Une complication exceptionnelle peut survenir, liée à l’état local ou une variabilité technique. Toutes les complications ne peuvent être précisées, ce que vous avez compris et accepté.

EFFETS SECONDAIRES


Le confort de marche est obtenu progressivement. Cela peut nécessiter une semelle orthopédique, un chaussage adapté. Vous pouvez éprouver des sensations inhabituelles au niveau des petits orteils, qui peuvent sembler « engourdis » ou « collés » ou « comme morts ». Le cal crée en effet des adhérences limitant le jeu des tendons, les premiers mois. Votre schéma de marche peut être modifié, il faut du temps pour s’y adapter. Les appuis sont différents, vous pouvez ressentir au début un appui plus important sur le gros orteil et le petit orteil. Le dos du pied est souvent gonflé les premiers mois, du fait en partie de l’œdème post opératoire normal, mais surtout parce que les os coupés remontent un peu et que le cal osseux au début est volumineux. Il se remodèle ensuite. Il est donc normal d’avoir du mal à se chausser les premiers mois.


RÉSULTATS ATTENDUS


Le résultat est obtenu en deux mois, et peut mettre jusqu’à six mois à se stabiliser. Le bénéfice attendu est un chaussage confortable et indolore, sans limitation de la marche ou des activités sportives. On dit qu’il faut « un an pour oublier son pied », mais c’est très schématique.

EN RÉSUMÉ


L’ostéotomie des métatarsiens latéraux est une intervention fréquente, corrigeant les douleurs et troubles d’appuis de l’avant pied, permettant de redonner une fonction normale du pied après quelques mois.


QUELQUES QUESTIONS à vous poser ou à me poser avant de vous décider.


Pourquoi me conseillez-vous cette opération ?
Existe-t-il d’autres solutions chirurgicales dans mon cas, et pourquoi ne les conseillez-vous pas ?
Si je ne me fais pas opérer, mon état va-t-il s’aggraver ?
Comment se passe l’opération ? En faites-vous souvent ? Aurai-je mal ? Combien de temps dure l’opération ? et l’hospitalisation ?
Quels sont les risques et les complications liés à cette chirurgie ?
Quels sont les bénéfices pour moi à être opéré, et quel résultat final puis-je espérer ?
Après combien de temps pourrai-je reprendre mon travail ? le sport ?
Me recommandez-vous un deuxième avis ?

Mise à jour 3 04 2020

56 allée des tulipes 33600 PESSAC © Dr GANDON 2009